JEAN-PIERRE GUAY GRAVURE TAILLE-DOUCE



L'Atelier Croqu'Vif ® Art Sémillant

de Jean-Pierre Guay,

artiste graveur en taille-douce

" léger tumulte "
Gravure à la pointe-sèche sur acier

Ancien élève du Lycée Technique de Sèvres, aujourd'hui Lycée de Sèvres Jean-Pierre Vernant,

section Arts plastiques (1958/1960) Membre de l'AAAA, association des "anciens"

Ancien élève de l'école des Arts Appliqués de Paris (sortie en 1962)

 

PORTES OUVERTES les jours d'Équinoxe. Suivi des Expositions d'estampes avec ART TOTAL , VALINFO, ARTICITÉ, ACRYOM et VIVASTREET.

Commémoration du centenaire de la naissance de Pablo Neruda avec une exposition bilingue itinérante de 60 estampes, du mardi 9 novembre au samedi 27 novembre 2004. Vernissage le mardi 9 novembre à partir de 18 heures 30. Exposition organisée par Marion Lhuillier à la Bibliothèque municipale internationale de Grenoble 38000 dans le cadre du mois PABLO NERUDA (ouvert tous les jours, sauf lundi, de 10 h à 19 h ).

Jean-Pierre GUAY conduit l'ATELIER CROQU'VIF® sis au 43 de la rue Danton 92150 Suresnes
tel: 06 22 36 31 41 Presse et Matériel d'Imprimerie d'Art, Louis RICHEBÉ CONSTRUCTEUR.

Membre du
  GROUPE
GRAVER MAINTENANT
Gravure en taille-douce

et
membre de
l'ASSOCIATION EXPRESSION GRAVÉE
siège social:  95 Avenue Félix Faure 92000 Nanterre
tel: 01 41 38 08 22
contact@expressiongravee.org
http://www.expressiongravee.org



création 2013


Lui écrire:  Jean-Pierre GUAY           croqu-vif@club-internet.fr

OEUVRES POUR LES ÉQUINOXES
ALBUM PHOTOS DE JEAN-PIERRE GUAY

 

exposition été 2010

"Au centre du Gravé"

atelier d'artiste IMAGINE, de Jean Hondré,

peintre à Saint-Gilles Croix de Vie 85800 (Vendée)

du 1er août au 13 août 2010 de 15h à 20h

à Saint-gilles Croix de Vie 85800, du 1er août au

 

 

 Marc RHONER chroniqueur à ARTPREMS

sur la toile, rencontre Jean-Pierre GUAY dans son atelier Croqu'Vif

le lundi 8 juin 2009


JEAN-PIERRE GUAY, fin graveur, écrit-il,

"Il a la légèreté de ceux à qui l'on dessine un mouton. Du reflet photographique, il a gardé les valeurs en miroir. C'est un handicap imperceptible et un avantage précieux qui déterminent la méthode et identifient les disciplines. Lorsque ses estampes vagabondent, même s'il fait mine d'être perdu, il suit une boussole qui n'indique que la bonne direction. Il y a longtemps  que Jean-Pierre Guay a durci ses points de contact avec la matière.

Chemin creusant, il s'est éloigné de la surface et depuis, fait étape pour arriver au blanc. Depuis, chaque trait, chaque mouvement marquant profondément ces papiers et métaux qu'il a, comme le Petit Prince, patiemment apprivoisés. Sa technique est un sixième sens.

Elle parle d'égale à égale avec ses sentiments et envies. Pas étonnant qu'il fasse bouillonner l'esprit de création au néophyte. Il sait inventer l'attrait, attiser la curiosité, offrir son savoir-faire à qui est sincère. Jean-Pierre Guay est un métal ciselé de tendresse."

ARTPREMS Archives N° 021

Marc RHONER, (tous droits réservés)

http://www.artprems.com

ARTPREMS archives N° 021

 

 

Pointes-sèches de Jean-Pierre Guay

  "espèce de vieille souche" pointe-sèche



" Étrangement délicieux "  pointe-sèche





" éveil de Rosie "  pointe-sèche


" Dure beauté "  pointe-sèche

 

 

 

" rochers "  pointe-sèche

 

" fraîcheur galbée "  pointe-sèche

 

                          sur l'atelier de Jean-Pierre GUAY :

PORTES OUVERTES CHEZ JEAN-PIERRE GUAY  par Claude Bureau.

 

" Depuis quelques années, jean-Pierre Guay s'adonne régulièrement au difficile exercice d'ouvrir la porte de son atelier au public. Alors, par un bel après-midi d'automne, saisissons cette occasion de mieux le connaître et pénétrons là où s'élaborent ses plaques et ses estampes. Dans ces hauts de Suresnes, où sont encore campés les décors que hante Adèle Blanc-Sec, l'héroïne de la bande dessinée de Tardi, le parcellaire, d'avant remembrement, a conservé les lanières des partages : façade étroite sur le trottoir étroit, porte étroite, couloir étroit; et puis, passé cet espace qui semble initiatique, avec la cordialité de notre hôte, la lumière et la musique nous accueillent.

Cependant, elle n'est pas celle aveuglante et multicolore des fêtes d'aujourd'hui ni celle cacophonique et assour-dissante où s'enflent les décibels, bien au contraire, elles sont la lumière des verrières tamisantes et l'harmonie rythmique de notes bien choisies. Car, l'une et l'autre ont toute leur importance dans la création des oeuvres qui s'exposent ici.

Nous sommes donc dans un jardin sans y être, sous la vaste véranda agrandie par les miroirs qui décuplent les perspectives et les échos des mélodies qui accompagnent nos pas intimidés. Sur les murs blancs et dans les cartons qui s'offrent, les estampes, les photographies ou les dessins de Jean-Pierre Guay attendent qu'on les observe ou qu'on les compulse.

Striures, zébrures, traces des craies et des crayons aux traits frémissants dansent sur leurs supports : matières végétales, papiers, toiles, gélatines photographiques, chutes de massicot, macules du labeur. Tels des planchers cirés, ils reçoivent ces pas-de-deux entre la main qui trace et ces images d'où ne s'exhalent aucune apparente construction ni tracé régulateur et dont le dessein se dérobe à première vue. Où veut-il donc nous emmener le maître de maison qui est là, qui n'y est plus, qui va, qui vient, repart et revient dans la lumière et les sons toujours présents?

En contrebas l'atelier, l'antre plus sombre, le laboratoire où se distillent toute cette gestuelle picturale et toutes ces alchimies. La presse est au centre avec à ses côtés la meule, indispensable, qui en vitesse vertigineuse affûte la pointe des outils; autour les plaques blanches, luisantes ou cuivrées, et puis, comme l'embrassant, des empilements de feuilles de papier dont nous n'avions vu, avant d'entrer ici, qu'un faible échantillon. Le gâteau de Jean-Pierre Guay n'est pas la madeleine mais le millefeuilles, cette pâtisserie qui met en péril, dans des nuages de sucre-glace, le savoir-vivre de celui qui le déguste.

En effet, poussons la métaphore pâtissière, comme le millefeuilles, Jean-Pierre Guay cultive le sec et le moelleux, l'amère et le vanillé. Le sec et l'amère ce sont sa gravure car il pointe-sèche le zinc, le cuivre et l'acier directement; le moelleux et le vanillé ce sont ses dessins car il croque-vif, avec une dextérité dansante, les gestes qui sont l'incarnation de la musique.

Mieux encore, sa volubilité nuageuse saupoudre et se dépose en flocons sur ses plaques et masque le dessein à découvrir, le dessin à révéler par toutes les nuances du gris pâle au noir profond qu'ordonnent ses stries et ses rayures. Ses croquis et sa gravure sont les clés réciproques qui ouvrent l'une et les autres.

Jean-Pierre Guay le sait et l'expose, la symbiose entre la main et l'oeil, entre la souplesse du trait et l'acuité du regard ne s'acquièrent que dans le dessin à main levée sur le motif, hors de cette pratique, semblable à celle quotidienne du musicien, point de salut. Fidèle en cela à l'enseignement de Françoise Bizette qu'il retrouva, bien des années plus tard, sur les cimaises du Groupe Corot, Jean-Pierre Guay nous démontre encore une fois, lui qui discourt si aisément, que le dessin toujours répété fonde la maîtrise de l'estampe.

Sa gravure n'est pas d'un accès facile mais nous savons maintenant où il veut nous emmener : au delà du miroir de la plaque, là où vibrent les sons, les gestes et les couleurs."

CLAUDE BUREAU
( Tous droits réservés )

 

Croqu'Vif ® Art Sémillant : Estampe contemporaine, croquis de nu sur le vif (modèle vivant), photographie, image numérique, peinture...oeuvres pour les équinoxes, portes ouvertes

Membre de la Fraap



 


Collectif Croqu'Vif ® Art Sémillant - J.P. Guay - 41 Bis rue Danton - 92150 - SURESNES - 0622363141 - croqu-vif@club-internet.fr - http://www.croqu-vif.bookfoto.com

http://WWW.google.com/analytics/