DANSER NUE


Danser nue.
Texte inédit de Yolande Limousin





L'improvisation nue pour dessinateurs, porte en elle-même ses contraintes de base:
La lenteur, la répétition, l'arrêt, le changement de face. Afin de se mouvoir librement,
au service gracieux de la ligne et du mouvement, comblant la danse et le dessin, il faut se rire de ses embûches 
qui finalement n'en sont pas. Et même,  au fur et à mesure que l'on danse,  ça  devient  le contraire...
même si les trois premières contraintes sont, à priori, assez anti-danse.

Être arrêtée et danser quand même,  c'est  magique.

Au début la lenteur  est souvent  un frein à notre imagination, car elle comprime l'élan premier, l'obligeant  à une certaine forme de discipline. Sinon tous les mouvements se succéderaient sans aucun lien, n'importe quand. Non, il y faut, c'est vrai, un peu d'ordre. Quand l'imagination se bride elle s'arrange avec la lenteur et finit même par ne plus pouvoir s'en passer. C'est un peu comme parler avec  beaucoup de plaisir un nouveau langage... L'imagination se délecte. La lenteur ne "coupe" pas l'élan, elle le suspend, le prolonge, le détaille puis le restitue dans son ensemble; elle laisse en nous une telle impression, empreinte du geste, qu'il est extrêmement aisé de s'en souvenir et de le répéter à volonté. Vers le milieu de l'impro_ pour couper quelquepart_on est si bien avec la lenteur qu'il semblerait déplacé d'introduire ne serait-ce qu'un soupçon d'accélération...sous peine de se perdre. C'est la respiration qui créé l'impro. Et les "moteurs", les impulsions physiques et cérébrales...Malheureusement l'imagination et la maîtrise de ce cheval qu'est l'impro, s'épuisent à suivre une directive ou une recette. Il n'existe aucune loi. Il faut nourrir et son imagination et l'impro, le cheval...Il est bon et souvent salvateur de "posséder quelques images fortes, souvenirs ou émotions  en "rayon", disponibles.Tout le monde en a mais personne ne les note. Elles peuvent éventuellement vous entraîner là où on ne sait plus rien...comment vous surprendre? 
Il m'arrive fréquemment d'évoluer dans une toile de Balthus, de devenir pour un temps le modèle de Rodin ou de me découvrir pierre échouée sur une plage déserte...et d'endosser la minute suivante les frusques brunes des paysans de Van Gogh... 

Les images incrustées des rêves sont également des phares appréciables dans l'immensité infinie de l'improvisation. 
J'ai fait un cauchemar une nuit, où, affublée de nageoires brillantes et noires, arrachables mais aussitôt remplacées par de nouvelles, toutes aussi arrachables...et je me débattais comme une démente emportée d'horreur...Beurk. 
Le lendemain, pendant l'impro, le geste d'arracher mes nageoires a réapparu.
Je l'ai tant et tant exploité, fouillé, décliné sur tous les tons, que j'ai dansé sans m'en rendre compte, à mon insu quasi...comme dans un rêve...C'est pour ça qu'il n'y a pas de maîtrise de l'impro. Et c'est tant mieux! Il faut savoir mêler l'expérience avec la fragilité, la vulnérabilité et l'émotion. Les modulations de notre voix intérieure étant nos guides les plus fiables, à la recherche de la Beauté. La lenteur a cela de bon qu'elle favorise, je dirais même force, la concentration et l'écoute. Elle a donc tout à nous apprendre. 
Ne pas savoir, à l'avance, ce que l'on va faire, c'est peut-être rester à l'écoute de ce que l'on pourrait éventuellement être..." 

Yolande Limousin  ( TOUS DROITS RÉSERVÉS )   





Croquis sur le vif par Jean-Pierre Guay

CITATIONS Choisies par Yolande Limousin
 
Extraits de "À CORPS PERDU" de Jean-Pierre Pastori 
LA DANSE NUE AU XXème SIÈCLE ( 1983 )
Éditions Pierre-Marcel FAVRE   Lausanne  SUISSE

" Ce qu'il y a de plus noble en matière d'art, c'est le nu. Cette vérité est reconnue par tous, est observée par les peintres,  les sculpteurs, les poêtes. Seule la danseuse l'a oublié, qui devrait d'autant mieux s'en souvenir que le corps humain lui-même est l'instrument de son art..." 

"Aujourd'hui beaucoup de danseuses sont vulgaires en scène parce qu'elles dissimulent et ne dévoilent pas. Elles seraient beaucoup moins suggestives si elles étaient nues." 

"Pour les danses dont ,l'inspiration est abstaite, universelle, voire cosmique, le seul médium qui convienne est le corps nu." 
"...car pour moi, la nudité  est un costume comme un autre..."
 " Je prêche la liberté d'esprit par la liberté du corps."

Croqu'Vif : 
Estampe contemporaine, croquis de nu sur le vif (modèle vivant), photographie, image numérique, peinture...oeuvres pour l'équinoxe
Membre de la Fraap




    Collectif Croqu'Vif ® Art Sémillant - J.P. Guay - 41 Bis rue Danton - 92150 - SURESNES - 0622363141 - croqu-vif@club-internet.fr - http://www.croqu-vif.bookfoto.com

    http://WWW.google.com/analytics/